#Poème 3

Poème de Serra :

Tes yeux verts

Tes cheveux marron

Ta bouche souriante

Tes lèvres rouges

Tes petites mains

Tes longs doigts

Tes joues douces

Je les aime tous.

(suite de 1 élève de 9 A + 1 Bernard Friot = plein de textes)

Publicités

1 élève de 9 A + 1 Bernard Friot = plein de textes

Avant de mettre un point final (ou de suspension ?), nous terminerons l’année avec les productions écrites des élèves de Mme Delphine Gastrin.  Ils ont commencé l’année en écrivant des contes-télégrammes à la manière de Bernard Friot et avaient ensuite travaillé sur les mots d’amour avec notre auteur jeunesse préféré (ici).

Commençons par découvrir ces poèmes, en forme de surprise quotidienne.

Aujourd’hui, celui du jeune Akal :

Ma chérie
Mon amante
Ma blonde beauté
Ma lolipop
Mon saraçoğlu (1)
Mes lunettes de soleil
Mon kebab
Mes écouteurs haute qualité
Mes chaussures Adidas
Je veux vivre avec toi vers l’infinité

(1) saraçoğlu : nom du stade de Fenerbahçe.

Bernard Friot par Sezgi Kocagöz (9H)

Voici le compte-rendu de Sezgi Kocagöz de la rencontre filmée, élève/blogueuse de 9H. Merci pour cet article Sezgi !

IMG_4927

photo prise par Bartu Mutlu (9H) !

Qui est Bernard Friot ?

Professeur de latin et grec ancien en Alsace. Il pense qu’un vrai ami est celui qui est très proche et fidèle. Il était très fermé et timide quand il est petit. Mais maintenant il est très energique et souriant. “Quelqu’un qui sourit dans la rue ça suffit. C’est une aide dans la vie. Un petit geste, un rire, tout ça, c’est super”.

Bernard Friot parle de son oeuvre:

Sur Jours de collèges :

Lorsqu’il était un professeur de lycée, il a vu qu’il y avait des choses fortes et dont il était difficile de parler. A cause de ça il a besoin d’écrire les choses. Alors il a écrit le livre Jours de collèges.

Il a essayé de choisir les différentes cultures. En écrivant ce livre il n’a pas un message, il a écrit pour aider la reflexion. “ Les romans nous aide à vivre la vie.”

  • Marque : Dans la nouvelle “Marque”, le rôle de la publicité est énorme car on transforme notre comportement. Quand il est dans un supermarché, il réalise les choses qui ne sont pas très juste. “Pour acheter il faut être un consommateur confiant mais c’est difficile.” Il a écrit sur la société de consommation parce qu’il veut montrer une image positif aux jeunes car ils sont les victimes de cette société.
  • Foulard : une image qui est très forte pour lui est quand Claire entre dans le bureau de la directrice : elle vient les yeux dans les yeux avec Samira et un autre ami. Claire est son personnage preféré dans Jours du Collèges.

 

  • généralité sur les livres : Au début des histoires, il n’avait pas écrit un roman. Ecrire un roman est un sentiment de frustration. Ce n’est pas du tout ce qu’il a dans la tête. Il a utilisé les noms des différentes nationalités dans ses romans et ses nouvelle car il explique qu’il trouve bien d’avoir des cultures différentes et ajoute qu’il a rencontré beaucoup d’élèves d’origine turque pendant son enseignement.

La Visite de Bernard Friot dans Notre Classe

Nous avons reçu un ecrivain très précis à notre école, Bernard Friot. Nous avons eu la chance de le connaître, apprendre ses pensées sur le livre Jours de Collèges et son aventure d’écrivain pendant sa visite dans notre classe, la 9H. Notre classe a préparé beaucoup de questions pour Bernard Friot. Nous avons choisi les élèves responsables des différentes fonctions : un caméraman, un blogueur, une madame boîte (personne qui porte la boîte de question entre les élèves), un élève qui apporte une boîte de loukoums à Monsieur Friot comme cadeau…

L’écrivain souriant, nous a dit qu’il ne voulait pas devenir un ecrivain mais pendant qu’il était un professeur dans un lycée d’Alsace, il a éte témoin d’affaires qui doivent être écrites et montrées au monde et il a décidé d’écrire des histoires sur ces affaires. Par exemple, dans la nouvelle “Marque”, Monsieur Friot voulait nous montrer les faits nus de la société de consommation.  “Pour acheter il faut être un consommateur confiant mais c’est difficile” dit-il et ajoute qu’il voulait montrer une image positif aux jeunes parce qu’ils sont les victimes de la société. Egalement dans la nouvelle “Foulard”, il voulait montrer un événement vécu dans le lycée où il était professeur.

Nous avons aussi demandé à Monsieur Friot, pourquoi il écrit pour la jeunesse et il nous a répondu “Si vous écrivez pour la jeunesse, tout le monde va lire.” Pendant sa visite, sa voix énergique et son visage souriant ont attiré notre attention et nous avons demandé le secret de son optimisme et bonheur. Il nous a dit “Quelqu’un qui sourit dans la rue ça suffit. C’est une aide dans la vie. Un petit geste, un rire, tout ça, c’est super.”

Nous disons au revoir à Bernard Friot en lui donnant la boîte de loukoums. C’était très bien de le rencontrer, toute la classe l’a aimé. Il nous a appris beaucoup de choses importantes et nous a montré une différente perspective de la vie.

Enfin le film de la rencontre !

Après l’avoir préparée minutieusement (ici sur le blog) et nous avoir fait patienter avec quelques images (), voici enfin la rencontre filmée ! Bernard Friot a répondu avec humour et gentillesse à de nombreuses questions qui portaient essentiellement sur sa vie et son livre Jours de Collèges. Un grand merci à Bartu pour le film et son montage !

(nous nous excusons pour cette qualité d’image : nous ne travaillons qu’avec des outils gratuits, ce qui limite les possibilités…)